Ichiro Taki

Extraits Wikipédia.

Ichiro Taki[1] (12 janvier 1910 – 4 avril 2011) est une personnalité marquante de la Marine impériale japonaise, notamment lors de la Seconde Guerre mondiale où il faisait partie de l’état-major de l’Amiral Yamamoto.

Taki est né à Nagaoka dans la préfecture de Niigata, comme son mentor Isoroku Yamamoto.

Il termine premier de sa promotion de l’académie navale impériale du Japon en 1930 et enrôlée à bord du croiseur léger Yura dont le célèbre Tamon Yamaguchi est alors le commandant en second. En 1934, il rejoint l’équipage du cuirassé Ise dont Yamaguchi prend le commandement deux après.

En 1940, il rejoint l’état-major du Vice-amiral Nagumo avec pour mission d’assurer la mise en application des plans d’Isoroku Yamamoto et Kameto Kuroshima. Sa relation avec Nagumo sera difficile, Taki critiquant assez peu discrètement le scepticisme de son supérieur quant au plan d’attaque contre Pearl Harbor. Il fera d’ailleurs partie de ceux reprochant à Nagumo de ne pas avoir lancé une troisième vague d’avions pour détruire les dépôts d’essence et les installations navales.

Peu après la défaite japonaise à Midway, Ichiro Taki est promu capitaine — il a seulement 32 ans — et rejoint l’état-major de l’Amiral Yamamoto. Ce dernier qui avait déjà reçu des échos de la part Nagumo sur un « insupportable Lieutenant-commandant qui, s’il a souvent raison, semblant incapable de se taire » le prend sous son aile, le faisant notamment travailler avec Kameto Kuroshima, planificateur de toutes les grandes opérations voulu par Yamamoto. Taki reste le plus jeune officier à avoir été promu capitaine dans la Marine Impériale Japonaise.

 Au sujet de la défaire de Midway, à l’étonnement de certain, il prend la défense Chuichui Nagumo. Il fait partie de ceux estimant que Midway était un piège tendu par les Américains et donc que le cryptage japonais avait été cassé. Il critique aussi la décision de Tamon Yamaguchi de sombrer avec son navire, le Hiryū. Il dit alors « un officier aussi talentueux et clairvoyant n’aurait pas dû sacrifier sa vie en vain, privant ainsi la Marine impériale japonaise d’un de ses meilleurs tacticiens.»

Taki se fait remarquer par sa vision stratégique, sa capacité à réfléchir vite et à parer à toutes éventualités. Il adhère à l’idée de réduction de fronts lancée par l’Amiral Yamamoto. Il travaille alors avec Kameto Kuroshima sur tous les plans de toutes les opérations importantes du reste de la guerre. Il prend notamment une part très active dans la bataille de Saipan.

Après la bataille de Saipan, il est promu Contre-Amiral. Dans les années d’après-guerre il est continu de gravir les échelons jusqu’à devenir Amiral. Durant la guerre froide, il est l’une des personnalités les plus respectées au sein de la Marine Impériale Japonaise, synthèse des grands esprits tels que Yamamoto, Yamaguchi ou encore Kuroshima. Dans ses mémoires, Isoroku Yamamoto décrit Taki « Pas très beau et chétif, on détecte vite un tacticien brillant à la vision hors norme. Très ambitieux, il théorise chaque possibilité, extrêmement intelligent, mais pétri d’un puissant idéal patriotique, il n’est ni un belliciste ni un pacifiste. Il fait parfois figure d’illuminé, ce qui est accentué par son regard fixe, rigide, énigmatique, tourné vers des choses que lui seul voit et comprend. »

Taki citait souvent Myamoto Musashi pour expliquer sa façon de faire « En stratégie, il est important de voir les choses éloignées comme si elles étaient proches et d’avoir une vision distanciée de choses proches. »

Après la guerre, il reste proche de Yamamoto malgré leurs opinions politiques qui divergent. Son ascension fulgurante se poursuit et le conduit à la tête de la Flotte combinée en 1955, il n’a alors que 45 ans. En 1964, il est vice-chef d’état-major interarmées à 64 ans et enfin chef d’état-major interarmées 2 ans plus tard.

En 1970, à l’âge de 60 ans, il quitte la vie militaire, 5 ans avant la mise en retraite, et entre en politique au sein du Parti Libéral Démocrate. Il commence à enseigner dans différentes académies et écoles militaires en 1976 et continues jusqu’à sa mort. Idéaliste nationaliste, il enchaine les désillusions au sein du monde politique, comme son mentor, et quitte la politique en 1984. Il décède dans son sommeil le 4 avril 2011 de cause naturelle. Il est enterré au cimetière de Tama près de Tōkyō. Il laisse derrière lui une femme et quatre enfants.


[1] Ichiro Taki est un personnage fictif.

Publicité

3 commentaires sur “Ichiro Taki

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s